web analytics

Aigle a du plomb dans l’aile ?

Alors que la dernière campagne Aigle « Pour la réintroduction de l’homme dans la nature » a remporté le Grand Prix de la publicité presse, la suite se distincte nettement de ce premier opus.

La réintroduction de l’homme dans la nature comme pour signifier qu’il ne la respecte pas, ne la reconnait plus ou pire ne la connait pas du tout, pourquoi pas. Le positionnement de la marque concorde avec la gamme de produits qu’elle propose à savoir des équipements sportifs qui vous permettent de partir à l’aventure.
Je vous passe tous les éléments graphiques et l’esthétique de la campagne qui, sans nul doute, à casser les codes du marché et s’est offert distinction et investissement presque environnemental, sociétal. Je dis presque car la marque a irrémédiablement été taxée de greenwashing… Des attaques logiques, légitimes qui supposent de mener l’enquête à propos du réel investissement de la marque sur le terrain du Développement Durable.

Aujourd’hui, la marque lance une nouvelle campagne censée s’inscrire en suite logique de la première. La nouvelle accroche soigneusement écrite en anglais et en points de croix « At Home In Nature » soit littéralement « Comme chez soi dans la nature » ou plutôt « Dans la nature comme à la maison » et les visuels accompagnant celle-ci suscitent étonnement, incompréhension et interprétation.

Le message est « lourd de sens » et dans le contexte actuel les visuels du croco apportant gentiment le journal tel un canidé bien dressé ou encore « l’éléphant douche porte-serviette » et ne ferment pas la barrières des signifiés associés, ni le champ d’une vilaine interprétation.

Les animaux mis en situation sont l’allégorie, la synecdoque d’une nature finalement asservie, dressée pour ne satisfaire que son confort de vie.
L’Homme saccage la nature (c’est de notoriété publique) en témoigne les derniers événements au Japon (pour ne citer que ce qui fait les gros titres), et s’y sent tellement chez soi qu’il n’en saisit même plus les enjeux et l’avenir. La campagne légitime presque les comportements et le « fais comme chez toi » qui ne présage aucune responsabilité citoyenne mais qui insinue le « Tu as le droit de faire ce que tu veux ». La signature qui n’a pas changé sauve un peu la campagne.

Juste pour rire, interrogez vos proches, et toi tu fais le tri ? Cette campagne accentue finalement une triste réalité… Mon cœur et ma raison balancent entre provocation et inconscience.

PS : Les vacances (méritées) sont la raison de cette absence… I’m back.



8 réponses à “Aigle a du plomb dans l’aile ?”

  1. joelapompe dit :

    on dirait la strat d’une pub pour un 4×4

  2. Julie Navarro dit :

    @joelapompe
    Bien vu… Dommage que ces types de codes soient figés.

  3. Bilel dit :

    On voit que Monsieur Bonin a laissé ses marques! Très bon blog en tout cas!

  4. Julie Navarro dit :

    @Bilel
    Écoute tu n’as pas tout à fait tort, Monsieur Bonin a été un formidable tremplin :)
    Merci pour le petit mot !

  5. [...] rebondis sur la note sur Paris Com Light qui tire un bilan plutôt sévère de la campagne printemps été. De la réintroduction de [...]

  6. Bien d’accord avec cette analyse. Et attention à ne pas virer bucolique façon Tetra Pak…

  7. anonyme dit :

    Je suis sure de ne pas être la seule à penser que le visuel numéro 1 de la nouvelle campagne = Lacoste et numéro 2 = Hermès. On perd Aigle de vue, c’est un fiasco!

  8. Julie Navarro dit :

    @anonyme
    C’est clairement ça, de la pompe… Concernant les codes « Hermes », beaucoup l’ont soulevé sur leur blog ;)

Laisser un commentaire