web analytics

BDDP pour l’Association des Paralysés de France

L’agence BDDP signe une bonne campagne de sensibilisation pour l’Association des Paralysés de France. Le visuel est parfaitement réalisé et signifie sans lecture de l’accroche « Notre vie doit-elle se limiter aux places qui nous sont réservées ? ». Reprenant l’élément des plus stigmatisants pour les handicapés (à noter que le seul terme employé est « paralysé ») à savoir le pictogramme qu’on retrouve sur les places de parking, ascenseur et toilette.

Derrière celui-ci une certaine adaptation des infrastructures ainsi qu’une stigmatisation qui ne reflète pas la réalité de l’adaptation. Tout le monde connait, nous pensons qu’un seul panneau, un signe qui appartient », désigne les handicapés, les paralysés, suffit à satisfaire leur reconnaissance et leur mouvance en société. Chacun sait que des efforts sont encore à faire notamment au niveau des accès aux transports en commun, des immeubles (la liste est longue, il n’y a qu’à regarder autour de nous).

Bravo à l’agence, la campagne remportera des scores d’impact à la hauteur de la simplicité mais surtout de la pertinence du visuel. Je suis curieuse de connaitre la demande de l’association à BDDP, si quelqu’un sait… ;)

Si vous avez râté :



10 réponses à “BDDP pour l’Association des Paralysés de France”

  1. nico dit :

    Si on peut faire en sorte que les handicapés puissent prendre le métro comme les autres, c’est déja pas mal.

    Ensuite on fera de l’achat d’espace dans le métro.

  2. Julie Navarro dit :

    @nico
    Hé oui… mais l’un dans l’autre l’affichage peut faire bouger un peu les choses.

  3. [...] This post was mentioned on Twitter by Genaro Bardy and Seb de Milleville, Mohamed El Baroudi. Mohamed El Baroudi said: Belle idée … RT @ParisComLight: BDDP signe la dernière campagne de l'Association des Paralysés de France http://bit.ly/drmmlV [...]

  4. Corinne dit :

    Si il y avait que le métro…Et si les fameuses places étaient respectées…Le cinéma, les médecins ou para-médicaux en étages…
    Bref nous aurions besoin de mettre la France aux normes d’accessibilités pour tous…

  5. Julie Navarro dit :

    @Corinne
    Je ne peux que vous soutenir… Un GRAND BESOIN je dirai. J’ajouterai aussi le fossé entre avancées scientifiques et les soins palliatifs qui font perdre toute dignité et qui n’apaisent pas les souffrances morales que les malades subissent. Demander à mourir, un sujet encore trop brouillon et incompris en France.
    Qu’on écoute un peu les familles et les retours plutôt que de se br*nler sur des présupposés. (ça sent le vécu ? Oui)

  6. Corinne dit :

    Je suis assez d’accord il y a des fois ou cela doit être plus qu’insoutenable et même les médecins savent qu’il n’y a aucun espoir.

    Nous vivons tous les évènements de façon différente et oui il serait bien que les autres écoutent et acceptent de modifier leur point de vue.

    Il serait temps que nous acceptions nos différences

  7. Julie Navarro dit :

    @Corinne
    Et oui… Merci à vous d’être passée par ici, c’est toujours agréable de discuter.

    A bientôt !

  8. APF dit :

    Merci pour votre post faisant honneur à notre campagne !

    Pour nous, cette campagne est avant tout une campagne de notoriété, visant à faire connaitre au grand public l’APF et ce pour quoi nous nous battons.

    Nous avons souhaité une campagne citoyenne qui sensibilise l’opinion publique à la place des personnes en situation de handicap dans notre société. La campagne affirme la nécessité de construire un autre modèle de société, qui permette à chaque citoyen, en situation de handicap ou valide, de vivre comme il le souhaite.

    Cette idée a été exprimé avec brio par l’agence BDDP Unlimited avec qui nous avons eu le plaisir de travailler.

  9. Julie Navarro dit :

    @APF
    Merci également pour votre petit mot et ces précisions.
    Nous tendons à une prise de conscience, c’est toujours pareil on espère…
    La campagne est remarquable c’est le terme, encore bravo.

  10. [...] BDDP pour l’Association des Paralysés de France, encore merci pour le petit mot. [...]

Laisser un commentaire