web analytics

Bertschy illustre metro

Auteur de la Bande Dessinée « Nelson », le dessinateur Bertschy donne vie à ce diablotin caustique et illustre les pages de métro chaque matin. Métro a trouvé son Willem, son Plantu à lui et offre une extraordinaire visibilité à Bertschy en lui cédant des espaces clef dans le support gratuit. Jeudi dernier et en Une puis dans quelques autres pages, les codes de la BD se distillent dans les codes de la presse urbaine et gratuite ; le personnage s’est approprié le logo en Une soit une manœuvre rejoignant le principe d’intermédialité et de ceux qu’ils appellent transmédia. Dans ce cas présent ce sont les signes reconnaissables de la BD qui traversent ceux de la presse et vice versa pour ne pas trop jargonner.

Cela est bien sûr sans compter sur la contextualisation de chacun des dessins et la mise en parallèle, satyre (légère) de l’actualité. Un exercice extrêmement périlleux au regard de ce qu’on pu pondre Willem, le Plantu dans Le Monde ou encore le Canard Enchaîné qui placent la barre très haut sur l’échelle du cynisme et de la pertinence de la caricature. Par ailleurs, Bertschy ne s’annonce pas comme un homme de satyre mais bel bien issu de l’univers de d’illustration.

C’est encore une fois une question de forme et de style. Quelle est la frontière entre une illustration et une caricature ? Nous y sommes me semble-t-il mais encore faut-il se mettre d’accord sur ce qui fait le genre de chacune des pratiques.



9 réponses à “Bertschy illustre metro”

  1. Derty© dit :

    ça manquait à métro j’aime ce genres d’illustrations :)

    good job

  2. [...] This post was mentioned on Twitter by Mohamed Semeunacte, Julie Navarro. Julie Navarro said: Bertschy illustre metro – Intermédialité ? http://bit.ly/hGl2n5 [...]

  3. boxsons dit :

    Nonobstant (j’adore ce mot à double « No »). Donc je disais, nonobstant le talent de Bertschy, je doute que le petit Monfort (que cette blague est nase), soit un marqueur très fort en terme d’identité. Ce Nelson à un côté Footix, voir la tronche d’une animation de parc d’attraction. Rien à voir avec un Charb ou un Luz. L’avenir c’est pourtant « l’identité » et les gratuits en souffrent cruellement…sauf à reconnaître la valeur des jeux de mots de 20 minutes.

  4. Julie Navarro dit :

    Je suis assez d’accord, rien de fou pour l’instant, pas assez péchu, pas assez pinçant au regard de ce que nous offre l’actualité et un personnage presque enfantin à y regarder de plus près.
    Concernant les jeux de mots de 20 Minutes, ils sont le travail des anciens de chez Libé qui se sont reconvertis au sein du support d’information gratuit.

    PS : Bonne année 2011 bien fûr.

  5. théo dit :

    C’est vrai que c’est très consensuel comme dessin d’actualité, et ça ne pince rien, sinon un sourire. Pas très fin de surcroît. Le dessin de presse passé à la moulinette boule et bill+kid paddle.
    C’est un non-sens de le comparer à Plantu ou Willem. Sauf pour dire qu’il donne une identité au journal. Mais bon, on ne va pas célébrer un dessinateur qui fait des strips pour Minute…

  6. Julie Navarro dit :

    @Théo
    Tout à fait, la comparaison était plus dans la forme. Dans l’idée, Métro tente de dynamiser son support… Par contre, « on ne va pas célébrer un dessinateur qui fait des strips » : non ce n’est pas l’objectif ; néanmoins c’est un style qui trouvera probablement son public. Attention au péché d’élitisme.

  7. boxsons dit :

    Je like quand tu dis « Elite »…j’ai comme une vague impression de devenir mannequin. J’hésite désormais à reprendre une Danette Crousti

  8. Julie Navarro dit :

    @boxsons
    Mais dis c’est que tu viens chez moi à des heures tardives !
    Ce n’est pas de la Danette que tu avais dans le sang avoue.

  9. boxsons dit :

    …et pourtant le commentaire précédent ne rentrait pas dans le cadre des commentaires « sponsorisés ».

Laisser un commentaire