web analytics

Fondation Abbé Pierre : 600 000 enfants victimes du mal-logement

Une campagne pour la Fondation Abbé Pierre qui, a l’approche des fêtes de Noël ne peut qu’attirer l’attention et pourquoi pas sensibiliser et engranger des promesses de don (on a le droit de rêver). Les enfants, petits êtres, symboles de la naïveté la plus pure sont mis en scène dans des logements pire qu’insalubres. Le biberon, les crayons de couleur renforcent l’effet. Je n’entrerai pas dans une analyse « pathos » à la Roland Barthes, l’objectif n’étant pas de décrédibiliser la campagne. Les petites bêtises du quotidien sont recontextualisées et rendent la campagne spectaculaire, touchante, émouvante, triste que les enfants eux-mêmes sont susceptibles de croiser et de questionner.

Je pose également la question de savoir si une telle esthétisation n’empiete pas sur l’interprétation et la perception du message. 600 000 enfants victimes du mal-logement telle est l’accroche qui ferme la barrière des signifiés et de toute interprétation mais qui donne le ton dramatique de la campagne. Les visuels jurent à côté des campagnes cadeaux, famille, joie de vivre et d’abondance. Je suis dans le métro à la station St Augustin, une femme vient de s’arrêter devant cette gigantesque enfant elle prend le temps de regarder… c’est un pas.

A suivre sur Twitter : @Abbe_Pierre

Sur la page Facebook : FONDATION ABBE PIERRE ou encore sur le site : http://www.fondation-abbe-pierre.fr/.

Sur le même thème, j’écrivais il y a peu au sujet d’ALLO EXPULSION, des Cart’Com à coller sans modération.




3 réponses à “Fondation Abbé Pierre : 600 000 enfants victimes du mal-logement”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by ALIBERT Pierre and others. ALIBERT Pierre said: RT @richardvs: Dernière campagne pour la Fondation Abbé Pierre : 600 000 enfants victimes du mal-logement http://bit.ly/hnC1mP (via @Par … [...]

  2. boxsons dit :

    Entre les smartphones et le foie gras, ça percute autant que tout cela se noie. La dernière campagne (récompensée) était d’avantage percutante.

    http://www.fondation-abbe-pierre.fr/_visuels/bddp_2008_12m2_xl.jpg

    Ici l’accent n’est plus familiale mais personnalisé. Ca marche toujours ceci dit.

    Reste à savoir s’il faut s’inquiéter de la frénésie de communication caritative qui s’amoncelle depuis quelques temps ou si finalement nous trouvons normal, ce monde à l’envers de tout?.

  3. Julie Navarro dit :

    @boxsons
    Tout à fait d’accord avec toi sur la dernière campagne, je l’avais en tête quand j’ai écrit.
    Encore une fois, on glisse peut-être vers une banalisation de telles communications c’est triste. On a aussi pris l’habitude de voir les gens crever dans la rue c’est pareil.

Laisser un commentaire