web analytics

Google Instant, des recherches instantanées qui puent

A l’heure où j’ai écrit cet article c’est-à-dire il y a deux jours, ce que j’avançais était vérifiable. Aujourd’hui Google a rectifié le tir. Je partage tout de même… surtout quand je lis hier certaines réactions sur Facebook.

Google a lancé Google Instant, YouTube instant favorisant ainsi le référencement en temps réel. Chacun sait que de nombreux pré-conçus construisent notre vision du monde et des autres. Les stéréotypes réduisent la complexité du monde en grossissant des caractéristiques qui mériteraient souvent d’être développées. Nous sommes fabuleusement fainéants et les limites et usages de la langue française ponctue nos discours de « oui c’est pareil ». On utilise des mots pour d’autres (les connotations et frontières entre deux mots sont parfois insaisissables) et des images pour d’autres. En France, « l’autre » fait peur, les médias s’en délectent tous les jours. Difficile de poser les vraies questions, plus facile d’interpréter les faits. Les émeutes dans les banlieues illustrent assez bien mon état d’esprit : « ils ont fait ça » plus que « pourquoi ils font ça ? ». Tout ça pour dire qu’au-delà de cette révolution Google instant, se cache des répand de racisme.

Selon les observations de Jean Véronis, professeur de linguistique et d’informatique à l’université d’Aix-Marseille (http://blog.veronis.fr), ce type de recherches sont valables que pour google.fr. Vous pouvez également tester avec « les femmes… », « les noirs… » et autres qui surprennent toujours.

Google est un « portail d’entrée quasi exclusif de l’information mondiale » et c’est en cela que je le remets en cause car, à mon sens, il ne fait qu’amplifier les maux dont souffre la Société. Trop vite dit ? C’est presque sûr

Un test ? Entrez « les Arabes… » et voyez la flopée de superbes  préjugés vous exploser à la tronche. Je remets en cause un tel procèdés car à mon sens il ne fait qu’amplifier les maux dont souffre la Société.

Tout en sachant que Google a, comme aux États-Unis rectifié la manœuvre, je me lance dans des recherches pour illustrer mon propos. Je tombe sur un blog qui traite également de la polémique et qui nous offrait de quoi nourrir notre discours. Le visuel a comme par magie disparu… je dis cela avec cynisme et ironie mais finalement je préfère me dire que tout cela se perdra dans le cyberespace ou pas.

Il est 11h45, je termine d’écrire et je rencontre un problème avec cet article. Est-ce que discuter de cela n’envenimerait, ne réanimerait, pas le débat ? Un peu à la manière d’un stéréotype dit positif qui témoignerait de l’effet totalement inverse de celui escompter  pour stigmatiser encore plus.



Laisser un commentaire