web analytics

L’infiltration, une pratique fallacieuse

A l’heure de la « web 2.0 Revolution », la place est faite à l’ère du participatif et partage de contenus sur le net. Certains phénomènes comme l’intrusion ou l’infiltration ont ouvert la brèche à des pratiques fallacieuses…

pariscomlightL’infiltration ké zako ?

Agence, marque, personne agissant pour le compte d’un tiers et endossant l’identité d’un faux consommateur, pour une durée variable, dans l’objectif de véhiculer un message ou une action (+ ou -) sur les médias sociaux. Trois facteurs sont déterminants dans ce phénomène : le mensonge sur l’identité de l’infiltré, l’opacité de ses intentions, et le(s) dit(s) message(s) colporté(s). Les « infiltreurs » s’immiscent d’une manière opportune dans les réseaux sociaux, forums, sites dédiés, blogs et autres supports online. Soulevant de nombreux litiges et questionnements, ce type de manœuvres sur la toile tend à se banaliser de manière alarmante. Tout bien considéré, l’infiltration est une pratique qui, non seulement trompe les consommateurs mais pose également le problème d’une concurrence déloyale.

Profil de l’infiltré : un caméléon de l’infiltration ?

Cette pratique fallacieuse se décline sous diverses formes ; l’infiltré revêt tantôt l’uniforme d’un consommateur profondément investi sur les forums pour finalement se mouvoir à merveille sur les réseaux sociaux. Sur Facebook ou Twitter, il n’y a rien de plus simple pour se connecter aux autres usagers. En un clic, c’est une « demande d’ami » ou « Follow request » envoyées à tout le monde et n’importe qui, permettant ainsi aux infiltrés de diffuser toutes sortes de messages commerciaux ou idéologiques (ces derniers ne seront débattus ici). Pour revenir à Twitter, c’est aujourd’hui un terrain miné par les spammeurs et autres « trolls » au profil factice.

Payés ou non par la marque impliquée, les infiltrés publient des commentaires distribuant critiques et avis positifs profitables à l’annonceur. À court ou long terme, c’est de la « visibilité-crédibilité » gagnée pour la marque qui dirige l’exécution en coulisse. A ne pas s’y méprendre, l’avis déposé n’est pas nécessairement positif et peut se révéler dévalorisant pour le tiers impliqué.

Au coin !

L’infiltration constitue un travail parfois de longue haleine. Le consommateur déguisé s’inscrit sur les différents forums cibles pour entamer des discussions d’une banalité notoire et particulièrement mensongères.

Mais pourquoi sont-ils si méchants ?!

Parfois invisibles, les missionnaires publicitaires sont dans les faits presque indétectables. Alors on fait quoi ? On attrape les moins chanceux et on les pend sur la place publique pour intimider les plus intrépides ?  Pas tout à fait, l’infiltration se révèle être une pratique peu connue du Grand Public et des Pouvoirs Publics. Attendre que certains s’intéressent (et pour de vrai) à l’outil Internet, à ses enjeux et risques reste encore le plus sage pour le moment.

Quid des liens sponsorisés ?

À cheval entre le témoignage et l’astroturfing, cette pratique super courante est de plus en plus rejetée par les internautes avertis. Si ces articles sponsorisés ne portent pas la dite mention « lien sponsorisé », le bât blesse. Susceptible d’induire en erreur les usagers et consommateurs, ce type de conduite rend compte à mon sens, d’une opacité volontaire se positionnant à la frontière de l’infiltration.

Pour conclure, je déterminerais non pas un phénomène clos d’« infiltration » mais plutôt une échelle de comportements d’infiltrés. Prenons l’ouverture d’un faux blog : si celui-ci est relayé (par les initiateurs) sur les médias sociaux, la question de l’infiltration se pose à un degré moindre mais non négligeable…



5 réponses à “L’infiltration, une pratique fallacieuse”

  1. Elodie dit :

    Cette pratique est vraiment exaspérante. On ne peut plus se fier aux avis de consommateurs. Il y a toujours le doute que ce soit pure invention.

  2. Julie Navarro dit :

    Je tiens à préciser que cet article fut initialement écrit pour le blog de l’agence MS&L France… Je lui concède mes droits de publication :D

  3. Ah, we miss you here sweetiepie, write smthing else for us.

  4. [...] L’infiltration, c’est pas bien. On est d’accord. Mais comment fait-on pour contraindre à l’identification des [...]

  5. [...] twitts sponsorisés Article de Courrier International sur les billets sponsorisés edit 03/11/09: : Article de ParisComLight sur les internautes « infiltrés » Source : [...]

Laisser un commentaire