web analytics

Opération de guérilla pour Médecins du Monde

Le Street Art, la guérilla, des termes bien galvaudés qui perdent leur sens dans des applications mobiles qui géolocalisent les prouesses de ces mystérieux bandits agissant la nuit, à travers des codes repris goulument par les marques et notamment les marques de luxe. LULZ. Tout est devenu street art ou guérilla dès lors que ça se retrouve dans la rue. Nous ne débattrons pas ici des différents courants et objectifs d’actions menées sur la scène publique mais nous garderons en tête les messages sociétaux qui sont véhiculés et qui méritent qu’on s’y arrêtent.

La rue est devenu le terrain de jeu de vandals à la Kidult ou d’ »illustrateurs » comme Fred Le Chevalier - pour ne citer que ceux que vous voyez sûrement en ce moment – et laisse désormais la place à d’autres revendications politiques, sociales et donc légitimes (ceci est un avis personnel).

Médecins du Monde a lancé une opération (d’envergure ? nous n’en savons rien, il n’en reste pas moins que cette démonstration a été filmée et circule) en effaçant/recouvrant les « T » qui se trouvent sur les plaques des rues de Paris, région parisienne, les panneaux de signalisations, les plaques de médecins et autres, je vous laisse regarder.

« Opération sans T » histoire de nous rappeler qu’on ne joue pas avec la santé. A quelques semaines des élections, un bon nombre d’acteurs tentent leur coup et pour cause, internet facilite la mobilisation, la prise de position… Une opération visible qui, on espère, questionnera le public. Peut-être pas, le vandalisme reste un esprit condamné par certains qui ne cherchent pas plus loin…


Opération Sans T par medecinsdumonde



4 réponses à “Opération de guérilla pour Médecins du Monde”

  1. fred le chevalier dit :

    Je ne suis pas certain de comprendre complétement le passage où je suis cité mais en tout cas c’est l’occasion de poser les yeux sur cette opération sans T qui a effectivement légitimité sous une forme parlante

  2. Julie Navarro dit :

    Bonjour Fred,

    Ravie de vous voir par ici.

    J’ai sciemment écrit « illustrateurs » (les guillemets sont encore plus volontaires) afin de distinguer des travaux plus artistiques que d’autres. Et il est clair qu’il faut entendre l’esthétique et une bonne part de subjectivité quand je dis « artistiques ».
    Le vandal vs des collages comme les vôtres montraient vulgairement les différences qui résident dans ce qu’on peut voir dans la rue. Qui plus est, il me semble que les personnages que vous avez créé racontent en quelques sorte une histoire…

    Tant que je vous tiens, ça vous dit de nous racontez en 2 mots le pourquoi du comment de vos projets ?

    J’en profite également pour saluer votre travail, c’est toujours un plaisir de voir vos jolis personnages…

    A bientôt.

  3. In Ze Street dit :

    Ça faisait longtemps un petit article sur la guérilla. Je trouve cette opé pas mal du tout, un petit coup de vandal pour communiquer ça fait son petit effet et c’est fondé sur un concept assez fin au départ.

    Merci à toi pour, dès le début de l’article, expliquer ou tout du moins parler, des termes galvaudés car peu le font et on surtout peu ont le recul nécessaire pour le faire. Je partage ton avis sur la question d’ailleurs.

  4. Fred le chevalier dit :

    Merci, oui c’est différent, cela raconte autre chose et en même temps il y a un souffle commun je pense à descendre dans la rue, montrer, s’adresser à tous j’imagine. J’aime bien le ton vandal de kidult d’ailleurs.

Laisser un commentaire