web analytics

Solidarités International et BDDP font couler de l’encre sur l’eau insalubre

Faisant suite à la remarquable opération street pour la Fondation Abbé Pierre, BDDP Unlimited et l’association Solidarités International font couler de l’encre sur une eau insalubre et consommée qui tue environ 3,6 millions de personnes dans le monde chaque année, dont 1,5 millions d’enfants de moins de 5 ans, ce qui en fait la première cause de mortalité au monde. A l’approche de la Journée de l’eau prévue ce 22 mars prochain, c’est un film surprenant, touchant, qui respire la dignité… Les jeux de mots et d’encre offre un résultat poétique, tout juste parfait.

Même si je soutiens corps et âme ce type de campagne et toutes les nobles causes, je pose toujours la question de savoir si l’esthétique de tel film ne prendrait pas le pas sur le fond du message, une forme qui cannibaliserait le fond. Pas sûr, si on part du principe que plus on en parle et plus les choses seront en voie de changer… Plus les médias relaient (nous sommes tous des médias), plus nous assurons la reconnaissance de ces causes dans l’espace public. Le film est clos par « L’eau potable est la première cause de mortalité dans le monde, journalistes aidez-nous à le faire savoir » et agira en un électrochoc. Moins sûr…

embedded by Embedded Video

Si vous souhaitez signer la pétition soutenir l’association, c’est par là

67 779 signataires, c’est très peu.

Merci à BDDPAu passage, vos créations s’auto-suffisent, nul besoin de personnaliser vos mails, vous allez au but et on ne demande pas mieux.

 



2 réponses à “Solidarités International et BDDP font couler de l’encre sur l’eau insalubre”

  1. [...] 18 mars 2011 No Comment La Journée de l’eau arrive, si vous n’avez pas vu la dernière campagne BDDP Unlimited pour l’association Solidarités International je vous invite à aller voir. C’est au tour d’Action Contre la Faim de mettre en place [...]

  2. [...] très esthétique qui fera adhérer à la cause n’importe quel réfractaire, en revanche et comme le souligne à merveille Pariscomlight, le risque n’est-il pas que la forme cannibalise le fond et que l’impact du message [...]

Laisser un commentaire