web analytics

Versace pour H&M, un luxe créateur…

A première vue, encore un conte de fée des temps modernes, de petites filles blondes candides dans un monde merveilleux, des bribes d’Alice au pays des merveilles… Du cyclope, du zombie, du labyrinthe… Des femmes marionnettes, des femmes objets (sortez les muselières) ? Pas aussi simple.

Nous sommes dans le cadre du lancement de la collection Versace pour H&M autrement dit dans une problématique de mass’tige, du luxe, du prestige de masse. A priori antinomique, néanmoins le modèle marche tant est si bien qu’H&M remet ça tous les ans avec des grands noms de la Mode.

Ici, la créatrice Versace est maitresse de ses collections et domine de ce fait les femmes qui « la porteront ». Ceci est matérialisé par une femme presque marâtre qui joue avec ses miniatures. Par extension, nous sommes bien sûr ces miniatures et nos porterons une collection destinée au « Grand Public ». Une sorte de dictature enrobée, celle de la mode et du luxe plus largement.

L’ambiance musicale et l’atmosphère de cette campagne sonnent également avec un univers morbide toujours à la mode et quelques ficelles de Tim Burton. En somme, une campagne superbement cohérente et agréable à regarder pour un luxe créateur et moins récupérateur. Ça fait un bien fou à côté d’autres qui font danser leurs pantins sur du Pitbull.



2 réponses à “Versace pour H&M, un luxe créateur…”

  1. BOXSONS dit :

    Belle réalisation technique et visuelle.

    Tout ça me fait penser à Channel et Paradis en petit oiseau. Pourquoi le luxe aime tant miniaturiser les individus ??? Vous avez 2 heures !

    Sinon comment dit on castration en féminin ?

    Je conclurais en disant que j’ai toujours un peu de mal avec le physique « Lovamourien » de Donatella. Pas vous ?

    B ou A.

  2. Swap dit :

    Pas mal le côté de l’image de la femme esclave prise au piège de la consommation de luxe ! La blonde est toujours la même, même maquillage même coiffure. On sait qu’il s’agit de « personnes » différentes uniquement grâce aux vêtements (plutôt bien réfléchi pour H&M) elles essaient de s’échapper se font rattraper par « dieu » (Donatella avec son oeil qui voit tout) ! Le clip fini en résumant tout ce qu’on vient de voir my house, my rules, my pleasure. A mon avis cette campagne est beaucoup trop subtile pour que les gens comprennent vraiment qu’on les prend pour des moutons !

Laisser un commentaire